Passe sanitaire, obligation vaccinale – Adieu la Croix-Rouge, c’est fini pour moi

Passe sanitaire, obligation vaccinale – Adieu la Croix-Rouge, c’est fini pour moi

Ma très chère Croix-Rouge,

Quand je repense à ces 17 années passées à tes côtés je revois beaucoup de choses et je ressens beaucoup de joie.
Que de que de gardes SAMU ou pompiers passées à faire les cons avec les copains ! Que de gens réveillés en pleine nuit avec notre sirène ! Que de feux rouges grillés ! Et que de vies sauvées !
Brefs, que de bons moments !

Je te dois beaucoup car tu m’as énormément appris, tu m’as donné l’occasion de voir des choses que la majorité des gens ne verrons sans doute jamais dans leur vie.

Tu m’as appris que la vie pouvait basculer en une fraction de seconde dans un accident, qu’une maladie incurable pouvait t’écarter définitivement du « système », que la perte d’un emploi pouvait mener à de grandes souffrances : Solitude, misère sociale, divorce, précarité, suicide…

Tu m’as aussi appris que l’humain a des vices en lui : Agressions gratuites, violences en tout genre, émeutes, attentats, meurtres, femmes et enfants battus ou violés…

Parfois en rentrant chez moi je m’effondrais en pleurs devant un tel déchaînement de violence, me réfugiant secrètement dans la prière, car lorsqu’il n’y a plus rien à faire seule la prière permet de panser les maux de l’âme et d’accepter notre condition d’humain si fragile…

Je n’ai pas toujours été au top de ma forme, j’ai parfois commis des erreurs, mais face à toutes ces souffrances j’ai toujours fait de mon mieux dans l’intérêt de mes patients.

Début 2020 est arrivé le COVID… alors que nos élites politiques du haut de leur tour dorée clamaient haut et fort qu’il ne s’agissait que d’une « grippette » se sont mises à défiler sous mes yeux des interventions toutes plus graves les unes que les autres : Des patients souvent âgés souffrant de graves problèmes respiratoires.
Rapidement l’approvisionnement en Oxygène et en protections (masques, blouses…) est devenu problématique et une question s’est posée : Risquer ma vie d’entrepreneur (et celle de ma conjointe au passage !), risquer de tout perdre (sans assurance ni chômage), ou bien arrêter mon engagement là.

Le choix est tombé : Appuyé par la sagesse et l’intuition de ma chère et tendre j’ai délibérément choisi de suspendre mes gardes.

Aujourd’hui je ne regrette pas mon choix même s’il a parfois été dur à assumer… mais quand je vois comment nos élites politiques, toujours du haut de leur tour dorée traitent nos soignant, ceux qu’ils ont applaudi pendant le premier confinement, je suis intimement convaincu d’avoir fait le bon choix.

Désormais si je souhaite reprendre mon engagement je dois me soumettre à certaines obligations sanitaires :

  • Je dois faire confiance à une entreprise Américaine multi condamnée à 4,6 Milliards de Dollars pour fraude, corruption et falsification de données (source https://violationtracker.goodjobsfirst.org/parent/pfizer)
  • Je dois accepter une thérapie génique expérimentale dont l’efficacité tant vantée il y a quelques mois nécessite un rappel tous les 4 mois et m’oblige à continuer de porter des protections sous peine d’amende
  • Je dois accepter que malgré l’injection je puisse développer des formes graves et transmettre le virus
  • Je dois accepter le Mensonge et la Manipulation avec un grand « M »

Désolé mais pour moi ça sera un « NON » catégorique ! Quoi qu’il m’en coûte. Traitez-moi de tous les noms, de parias si vous le souhaitez, d’assassin, enfermez-moi si vous le souhaitez, je m’en fou car :

  • Je ne vais plus au restaurant
  • Je ne voyage plus
  • Je ne fraude pas
  • Je ne fréquence plus les centres commerciaux
  • Je ne fais plus tourner l’économie
  • Je télétravaille 100% du temps aux cotés de ma chérie, elle-même entrepreneuse
  • Je passe beaucoup plus de temps en couple
  • Je sors me promener en forêt l’après-midi lorsque tout le monde travaille
  • Je ne dépends de personne
  • Je choisis mes clients
  • Je ne suis soumis à aucune autorité
  • Je garde mon pouvoir
  • Mon esprit est libre
  • Je suis bien chez moi
  • Je n’ai pas peur de me retrouver seul face à moi-même

Avant de me traiter de tous les noms, toi qui me lis, toi qui m’écoutes, toi qui me calomnies, toi qui attises la haine et la peur, regarde mieux, qui est le paria dans l’histoire ?

J’en ai à présent fini avec mon message Ma chère Croix Rouge, l’heure est venue pour moi de te dire au revoir, peut-être pour toujours, mais rassure toi je ne suis plus seul, grâce à toi j’ai rencontré un Amour de petite femme avec qui nous partageons beaucoup de souvenirs d’interventions en commun.

Je te quitte mais quand je la regarde dans les yeux je repense souvent à tous ces moments passés ensemble…

Je termine ce message par une dédicace spéciale à tous mes collègues : Personnels soignant dans les hôpitaux, EHPAD, SAMU, Pompiers, Croix Rouge, Protection Civile, Ordre de Malte, CFS, FFSS, ambulanciers… Et une pensée toute particulière à celles et ceux qui ont suivi le même chemin que moi… accrochez-vous ! Le vent tourne toujours et la vérité finira par éclater.

Merci à tous,

Louis-Erig HERVE

Louis-Erig HERVE

Les commentaires sont fermés.